Contactez-nous

+33 (0)6 20 35 76 27

+33 (0)6 88 86 40 23

Recherche

Maral au kazakhstan: la belle quête de Tanguy

on

Anthony Ovini a guidé Tanguy au Kazakhstan pour la quête d'un maral. Une expédition qui a requis patience, énergie et toute la maitrise des règles de la chasse à l'approche d'un gibier de montagne.

 

d3 chasse maral ovini expeditions kazakhstan 2017

 

 

Tanguy est parti à la recherche d'un maral pendant le brame avec Anthony Ovini pour le guider dans sa quête. Une aventure que ce trentenaire n'est pas près d'oublier. " L'histoire d'une chasse n'est jamais écrite à l'avance explique Anthony. Nous sommes partis au Kazakhstan  durant la période idéale du brame. Dès notre arrivée au camp de base, nous avons chargé  le matériel pour les camps d'altitude ,  seller les chevaux et pris la piste pour atteindre  vers les zones d'altitude. 6 heures d'ascension!" . Tanguy repère un joli 12 cors qui poursuit de ses assiduités une biche. La chasse ne fait que commencer, Anthony décide de poursuivre pour trouver un plus beau trophée. L'équipe de guides locaux est sur le qui-vive. Un mâle est repéré au télescope mais  des braconniers réduisent à néant toute tentative d'approche. Nuit en montagne sous la tente et petit déjeuner dans un décor à couper le souffle. 

 

d6 maral 16 cors plus10 ans maral ovini expeditions Kazakhstan

La patience va payer mais pas tout de suite...
Dans la matinée, un magnifique chevreuil avec un trophée très haut mais un peu fin est approché. A 350 mètres. La distance est trop importante pour tenter le coup et les guides signalent des marals dans la vallée. Au loin Le Khan Tengri est une montagne à la frontière avec le Kirghizistan. Les journées sont chaudes , trop chaudes, les marals se font très discrets. La fatigue et l'altitude écornent le moral. Chaque jour, il faut jumeler encore et encore, ne pas hésiter à changer de zone. Lors de ce périple, les chasseurs trouvent de splendides mues attestant que les marals affectionnent ce biotope, de magnifiques trophées de marco-polo, de marals probablement attaqués par des loups . Le 9ème jour, Anthony repère un maral avec sa biche." C'était la dernière chance pour Tanguy de pouvoir tirer. L'animal n'est pas un monstre mais le guide comme le chasseur n'hésitent pas ! Ils devrons  parcourir  près de 4 km pour approcher l'animal. Le maral est  rentré dans la foret, Anthony utilise l'appeau pour le faire sortir. Tanguy est calé, prêt. A 140 mètres, il placera une très belle balle qui effacera tous les doutes . " Tanguy a vraiment assuré explique Anthony. 9 jours de quête, c'est très dur psychologiquement. Jamais, il n'a lâché ou montré des signes d'agacement ou  de mauvaise humeur." La viande est entièrement récupérée au profit de  la population locale précise Anthony qui participe activement à l'exercice de découpe. Le trophée et la viande seront emballés et chargés sur les montures. Toute l'équipe redescendra vers le camp de base, fourbue mais heureuse de cette belle fin de chasse.

 

Retrouvez la galerie Photos

Envie de partir chasser le maral au Kazakhstan ?

 

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Haut de page