Contactez-nous

+33 (0)6 20 35 76 27

+33 (0)6 88 86 40 23

Anthony Ovini séduit par la chasse du cerf en Argentine

on

Anthony Ovini a guidé Benoit en Argentine pour prélever un cerf de plus de  12 ans portant un trophée magnifique. Il est rentré de cette expédition encore sous le charme de cette contrée sauvage.


l joie benoit cerf argentine ovini expeditionsLa saison de chasse dans l’hexagone est à peine fermée, qu’Anthony reprend son sac à dos pour aller tester des territoires de chasse et rapporter dans son carnier de nouvelles destinations pour ses clients mordus de chasse au gibier de montagne. Il rentre d’Argentine où il a guidé Benoit sous l’objectif de la caméra de Seasons dans sa quête d’un grand coiffé.
Après un vol de nuit pour Buenos Aires puis un vol intérieur pour San Carlos de Bariloche, l’équipe rejoint le lodge 5 étoiles lové au cœur d’un vaste territoire montagneux.  Fin mars début avril est la saison du brame en Argentine,  elle offre de nombreuses opportunités pour trouver et tirer  de magnifiques cerfs. Le cerf élaphe européen, réintroduit à la fin du XIX ème siècle,  s’est approprié cet espace préservé où l’homme n’est qu’invité. La soirée est conviviale et la nuit réparatrice. Le lendemain, les gauchos attendent les participants qui découvrent les chevaux qui les emmèneront, durant tout le séjour, à la découverte de ce territoire hors du temps. Après une rapide installation dans le camp de base dont le propriétaire a tenu à garder l’authenticité et la rusticité, une première approche est entamée. «  Nous avons vu beaucoup d’animaux explique Anthony. Des cerfs trop jeunes mais déjà impressionnants ». Soirée au camp, autour du feu. Les chasseurs dorment sous la tente, les gauchos préfèrent  s’enrouler dans une couverture près des braises rougeoyantes  sous le regard des étoiles. Le lendemain nouvelle aventure : Benoit et Anthony approcherons un cerf superbe mais Benoit manquera à 2 reprises son tir. « J’ai eu la chance de chasser dans de nombreux pays, sur des territoires préservés mais j’avoue que c’est la 1ère fois que j’éprouve une telle sensation. Pas de piste, de marque de l’homme. On a l’impression d’être les 1ers à pénétrer ces futaies, à découvrir ces vallons. C’est magique.  Ils verront beaucoup de cerfs, de biches mais leur graal ne s’est pas encore montré. Le 3ème jour, ils décident de rejoindre une autre zone, un autre camp. Des échos du brame viennent de partout ! Anthony décide de progresser à pied, Benoit est partant. Ils repèrent un cerf à 600 mètres, en pleine matinée, dans une prairie. La tranquillité des lieux le rend téméraire. Anthony l’estime vieux au regard de son attitude, de son port de tête . L’approche sera longue et difficile, Benoit sent tout le poids du voyage et des premiers jours de chasse dans les jambes mais le caractère hors norme de cette quête lui donne l’énergie de poursuivre. Le cerf est à 100 mètres, Benoit ne veut pas rater cette occasion unique. Il se cale et place une excellente balle qui sèchera l’animal. L’animal a plus de 12 ans et porte un trophée superbe avec une très belle envergure même si au temps de sa splendeur celui-ci devait être encore plus imposant . Retour au camp puis au lodge où chacun a pu  apprécier les bienfaits d’une douche chaude et la douceur d’une bonne literie avant de reprendre la route pour l’aéroport.

Decouvrez la galerie photos

Haut de page