Contactez-nous

+33 (0)6 20 35 76 27

+33 (0)6 88 86 40 23

Recherche

Julian tire au coeur

on

Julian, après une sortie infructueuse au chamois, effectue un très beau tir sur une femelle de mouflon dans les Alpes Maritimes.


1-05julian-guide-par-anthony-ovini-chasse-mouflon-alpes-maritimes
Julian est un jeune savoyard de 20 ans qui quand son activité lui laisse le temps de s’échapper- il travaille dans un restaurant étoilé- s’adonne à sa passion : la chasse aux canards et au grand gibier. Découvrir la montagne est l’objectif qu’il s’est fixé pour le début l’année. Le rendez-vous est pris avec Anthony Ovini qu’il suit depuis longtemps sur les réseaux sociaux et le web. La quête d’un éterlou en Chartreuse se solde par un échec en raison des conditions météo détestables. « Difficile de faire pire : neige, brouillard… » explique Anthony. Nous ne voulions pas rester sur cette journée blanche. J’avais un bracelet de mouflon dans les Alpes Maritimes. Julian était partant. Il devait descendre pour quelques jours de vacances dans la région.  Anthony le récupère donc pour le week-end de fermeture de la chasse au mouflon et l’emmène dans la superbe vallée de la Vésubie. A Utel, ils retrouvent Laurent, guide local. Le thermomètre affiche  des températures tellement  printanières que lors de la 1ère journée, ils n’apercevront qu’un mâle dès le début de leur marche. « Nous avons été trop confiants, surs de trouver d’autres spécimen, nous le laissons poursuivre sa balade. Nous avons beaucoup marché, tombé vestes puis  pulls, apprécié le paysage mais les animaux semblaient avoir déserté la zone pour trouver un peu de fraîcheur. » Le moral ne sera pas atteint, Julian reste confiant et la soirée sera animée par des anecdotes et beaucoup de convivialité. Anthony décide de démarrer très tôt pour atteindre des barres rocheuses avant le lever du soleil où des animaux avaient été entraperçus la veille. La tactique est payante, un troupeau de femelles et un jeune mâle se déplacent en toute tranquillité dans le travers en face de l’équipe. Après un long jumelage, une femelle est repérée. Julian, calé lâche, une très belle balle, plein cœur à 291 mètres. «  J’ai été surpris par cet excellent tir, Julian n’a pas l’habitude de tirer à de telles distances. Il a bien maitrisé son émotion, pris son temps et assuré. Il faudra plus d’une heure 30 pour récupérer la bête qui reposait dans une zone très escarpée mais qu’importe. La séance photos se fera au soleil, le casse-croute aussi tout comme la sieste récupératrice. Le cœur léger, julian rejoindra sa famille avec en tête une nouvelle aventure à programmer. « ce chamois, je l’aurai » affirme t’il d’un ton décidé, ça Anthony n’en doute pas.  



Decouvrez la galerie photos 

Haut de page