Contactez-nous

+33 (0)6 20 35 76 27

+33 (0)6 88 86 40 23

Recherche

Pauline : la belle et la bête

on

Pauline, armurière à Autun, a été guidée par Anthony Ovini lors d’une chasse au mouflon dans les Alpes maritimes.  Tir impeccable et récupération très sportive du bélier.

 

Malgré un emploi du temps chargé, Pauline désirait retrouver les belles sensations d’une chasse en montagne.  Elle codirige James, l’une des plus grosses armureries de France dont la renommée a depuis longtemps franchi les frontières de la Bourgogne. Dans cette maison qui affiche avec discrétion ses 190 ans d'existence, on vient en pèlerinage trouver l’arme qui accompagnera  moulte  sorties cynégétiques. A l’occasion du salon de Rambouillet, elle rencontre Anthony Ovini venu présenté ses trophées record de chamois. La jeune  femme choisit de partir avec lui pour une chasse guidée au mouflon dans les Alpes Maritimes.

trouver-le-belier-a-tirer-ovini-expeditions-chasse-guidee
Le rendez-vous est fixé et Anthony retrouve l’armurière  dans la vallée du Vésubie. Le  village, situé à 1200 mètres d’altitude,  permettra de partir chasser à pied le lendemain. Pauline, fraîche et enthousiaste, rejoint Anthony à 7 heures, le temps est clair et la journée s’annonce belle.
Lors de la marche d’approche, Laurent le guide local explique la forte prédation du loup sur les mouflons. La  saison de chasse est déjà bien avancée et les animaux seront donc  sur la défensive et en alerte permanente.  Vers 8 h30, l’équipe repère des brebis avec petits dans une barre rocheuse. Aucun mâle dans les parages. Laurent propose de poursuivre, Anthony préfère l’attente. Il pense, en observant les femelles, qu’un bélier viendra faire un tour vers les belles. Le pari est osé, en milieu de journée les animaux iront se caler dans des endroits secrets et la quête sera alors très difficile. Le  temps s’écoule lentement sans mouflon à l’horizon. Presque une heure s’est écoulée, un dernier coup de jumelles vers la barre rocheuse où les femelles se plaisent. Pauline aperçoit un mâle couché. Il porte de belles cornes. Notre Diane chasseresse  se cale avec sa blazer 7X64 et ne quitte pas le belier de son réticule.  L’animal se lève, fait quelques pas.  Anthony a tout loisir pour observer le trophée et donner son feu vert à Pauline. Bien installée, elle lâchera une balle pleine épaule. Le bélier ne réagit pas à l’impact et rentre sous les arbres. Plus rien ne bouge. Anthony est sûr de la qualité du tir effectué à 9 h. Le mouflon a du s’écrouler à l’abri. Soudain, il ressort et boule le long de la barre rocheuse. Il gît 400 mètres plus bas. Laurent avoue qu’il a le vertige et restera en haut. Anthony sort les cordes et s’apprête à  descendre. C’est sans compter sur la décision de Pauline de se joindre à l’expédition. «  Pour moi la chasse d’un gibier est un tout, impensable de ne pas aller chercher mon gibier » explique t’elle.  Non sans difficulté, ils mettront plus de 2h 30 pour approcher la dépouille. Heureusement dans la chute, le trophée a été miraculeusement préservé.  Pauline vide elle-même l’animal avant de se prêter au jeu des photos. Elle chargera le mouflon dans son sac. Ils atteindront le village vers 16 h ! « J’avoue que j’ai été bluffé par la détermination de Pauline. Elle est passée dans des endroits difficiles où visiblement jamais aucun homme ne s’était aventuré et pas dans des conditions faciles. Elle a vidé et porté son animal sans jamais faiblir pendant la marche de retour. Un sacré chasseur qui respecte son gibier pendant toute la chasse. » Le casse croute sera le bienvenu et pour conclure cette belle journée, Anthony emmènera Pauline  découvrir la vallée de la Vésubie d’un observatoire où le panorama est à couper le souffle. Pauline avait prévu 2 jours pour la recherche et le tir d’un mouflon. Ravie, elle consacrera son dimanche à sa petite famille qui l’attend en Saône et Loire. Anthony fera, lui aussi, des heureuses en rejoignant son repère isérois.

Découvrez les photos

Découvrez la vidéo

Haut de page