Contactez-nous

+33 (0)6 20 35 76 27

+33 (0)6 88 86 40 23

Grand tétras

Grand tétras
Nom Scientifique
tetrao urogallus
Noms européens

Western Capercaillie (Gb), Auerhuhn (G), Urogallo (Sp)

Taxonomie

Galliformes, phasianidae,tetrao. Il existe 9 sous-espèces : Tetrao urogallus cantabricus dans les Monts Cantabriques, Tetrao urogallus aquitanicus dans les Pyrénées,  Tetrao urogallus major en Europe centrale, Tetrao urogallus rudolfi dans le Sud des Balkans, Tetrao urogallus urogallus en Scandinavie et dans le Nord de la Russie, Tetrao urogallus uralensis, Tetrao urogallus volgensis dans la partie du Sud-Ouest de la Russie, Tetrao urogallus taczanowskii,  Tetrao urogallus kureikensis dans la partie la plus orientale de l’aire.

Description

Le grand tétras, encore appelé coq de bruyère, est l’hôte des régions froides et boisées. Il fût décrit par Linné en 1758. La tête du mâle  se caractérise par un bec fort et par une caroncule rouge vif (excroissance charnue comme celle qui pend à la base du bec des dindons), très visible au-dessus de l’œil. Son dos est noir, les ailes brunes avec une tache blanche, le poitrail d’un vert bleu brillant et la queue arrondie est constituée de grandes plumes noires parsemées de taches blanches. Pesant de 4 à 6 kg, son envergure est de 87 à 130 cm. La poule est rousse barrée de noir et de blanc, poitrine rousse, caroncules rouges (peu visibles), bec gris ; dos et ailes marron barrés de noir et de blanc ; ventre et flancs blancs tachetés de roux et de noir. Queue rousse, barrée de noir. Taille : 54 à 63 cm.
 Le grand tétras occupe la plupart des forêts de montagne, entre une altitude inférieure variant de 700 à 2 200 mètres et la lisière supérieure des forêts. Le grand tétras ne peut vivre que dans une nature intacte et préservée. Le grand tétras est un végétarien qui se nourrit exclusivement de bourgeons, feuilles, graines et baies. L’hiver, il fait une grande consommation d’aiguilles de pins et de sapins. Discret et très farouche, le grand tétras est difficile à observer. Le grand tétras est actif surtout en début et en fin de journée. A l’aube, il quitte son perchoir pour se mettre en quête de nourriture. Rassasié, il passe le reste du jour tapi dans les hautes herbes ou les buissons, sous les branches basses d’un arbre ou à nouveau perché, suivant la saison. Cette longue période de repos est souvent entrecoupée de brèves périodes d’activité consacrées à s’alimenter et à prendre des bains de poussière. Pendant la période des amours au printemps,  pleine saison de reproduction, les mâles commencent à chanter une heure avant le lever du soleil et peuvent demeurer sur l’arène pendant une à huit heures, selon les conditions atmosphériques, le nombre de congénères, la présence ou l’absence de poules. L’activité de chant reprend généralement le soir, mais elle est plus courte. Son comportement est alors spectaculaire : les plumes de la queue redressées et déployées en demi-lune, il parade pour attirer les femelles. Les mâles ont tendance à défendre un territoire de reproduction le plus près possible de leur lieu de naissance, et à retourner sur ce site de naissance pour la mue estivale, tandis que les poules se fidélisent sur des sites d’hivernage et de reproduction plus éloignés du lieu de leur naissance, et effectuent durant leur vie une migration saisonnière entre ces deux sites, parfois distants de plusieurs kilomètres. L’espérance de vie peut atteindre 15 à 20 ans chez les coqs, un peu moins chez les poules. Le taux de survie annuel est de 70 à 90 % chez les mâles et 60 à 80 % chez les femelles.

Aire de répartition

En Europe, on le rencontre dans la Cordillère Cantabrique, en Forêt-Noire, en Suisse, en Allemagne, Pologne et Europe de l'Est (massifs montagneux), Scandinavie, Pays baltes. Il a été introduit en Écosse à partir de 1837.

Poster un commentaire

Vous êtes indentifier en tant qu'invité.
Haut de page